NAISSANCE DE LA VRILLE

La Vrille est née de la rencontre, en 1994, de Françoise Berguer, première femme vigneronne de Suisse, et de Willy Cretegny vigneron qui vient d’obtenir, par arrêt du Tribunal Fédéral, le droit de vendre son vin sur les marchés.

Françoise et Willy font partie des quelques vignerons qui s’opposent alors au système de financement de la promotion du vignoble.
C’est cette opposition qui va les rapprocher, les débats vont rapidement s’élargir à toute la politique viticole et agricole.

En 1992 la maison Denner a obtenu, par référendum, la libéralisation de l’importation des vins. Les deux vignerons se rencontrent de plus en plus souvent pour partager leurs préoccupations. Ils décident d’agir, ce sera tout d’abord par des interventions auprès des organisations viticoles et des courriers à l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG).

IL FALLAIT SIGNER LES COURRIERS, C’EST LÀ PRÉCISÉMENT QUE LA VRILLE EST NÉE

Les deux vignerons voulaient un nom qui les lie à la terre et qui exprime leur persévérance. Les fruits de ces années de réflexion et d’observation de la politique et de ses effets leur ont permis de se lancer dans des actions (référendums ou initiatives) avec une très bonne maîtrise de tout ce qui touche au marché et à la concurrence.

AUJOURD’HUI CE N’EST PAS UN PROJET DE POLITIQUE AGRICOLE, MAIS UN VÉRITABLE PROJET DE SOCIÉTÉ QU’ILS PROPOSENT.